Installer votre serveur de développement en local avec VirtualBox et Ubuntu Server

Lorsque l’on développe des sites web, il est bien utile d’avoir un serveur où faire ses tests, ne serait-ce que pour éviter de casser un site déjà en ligne. Pour cette raison, il n’est pas rare d’installer sur sa machine locale des programmes tels que EasyPHP ou WAMP Server (sous windows). Mais ces logiciels sont souvent assez limités, et parfois assez loin de la réalité d’un serveur web. Pour cette raison, j’ai pour habitude de configurer une machine virtuelle me servant de serveur local, sur laquelle j’installerai le strict minimum pour faire tourner mes projets en cours de développement. Le but du jeu est de configurer la machine virtuelle pour qu’elle fonctionne exactement de la même façon que si je me connectais à un serveur distant chez mon hébergeur.

VirtualBox & Ubuntu Server, c'est de la dynamite !

Puisque la configuration d’une telle machine est parfois un poil compliquée, voici un tutoriel pour créer pas à pas votre propre serveur local avec VirtualBox et Ubuntu Serveur.

Installer VirtualBox

Tout d’abord, pourquoi VirtualBox ? Bah, parce que c’est gratuit, déjà. Et mine de rien, les machines virtuelles, c’est quand même bien pratique, notamment parce qu’on peut faire des instantanés, sorte de sauvegarde de l’état de la machine à un instant T. Idéal pour revenir en arrière après une mise à jour foireuse par exemple :)

Commençons par télécharger l’installeur. Vous devriez trouver votre bonheur sur le site officiel ou dans les paquets de votre distribution linux. L’installation de VirtualBox en elle-même ne devrait là encore ne pas vous poser de problème.

Télécharger Ubuntu Server

Là encore, pourquoi Ubuntu, et pourquoi en version serveur ? Bon, ok, c’est gratuit aussi. Ubuntu est l’une des distributions les plus populaires, et dispose d’une communauté assez large pour que dans la quasi totalité des cas, quelqu’un aura déjà rencontré (et avec un peu de chance, aura déjà résolu) le problème que vous vous apprêtez à rencontrer à votre tour.
Quant au choix de la version serveur, c’est une question d’utilité et de performances : d’une part dans la plupart des cas, il est assez peu utile d’avoir une interface graphique sur votre serveur ; d’autre part, les machines virtuelles étant souvent assez gourmandes en mémoire vive, se passer d’une interface graphique permet aussi de limiter la mémoire allouée à notre serveur, et donc de garantir de meilleures performances pour l’ordinateur hôte (théoriquement).

Vous devriez pouvoir télécharger un iso de la dernière version francophone de Ubuntu Server sur ubuntu-fr.org :)

Cela étant, rien ne vous empêche de choisir une autre distribution et/ou une version dotée d’une interface gratuite, le reste de ce tutoriel reste applicable.

Installer la machine virtuelle

Une fois l’iso sauvegardé sur votre ordinateur, lancez VirtualBox et créez une nouvelle machine virtuelle :

Création d'une machine virtuelle avec VirtualBox

La création d’une nouvelle machine virtuelle se faisant de manière assez intuitive, laissez-vous guider dans les différentes étapes.
Nul besoin d’allouer une quantité importante de mémoire vive, 512Mo ou moins devraient suffire si vous n’envisagez pas de traiter des masses de données.

Allouez la mémoire vive pour votre machine virtuelle

De même, la taille du disque dur virtuel n’est pas très importante, puisqu’en général on n’a pas de gros besoins pour des sites web. J’ai pour habitude de créer des disques dynamiques (VirtualBox Disc Image) de 10Go, ce qui est normalement amplement suffisant.

Creéez un disque virtuel pour votre machine virtuelle

Une fois les différentes étapes remplies, votre machine est créée. Mais elle est vide, et il faut maintenant y installer notre OS. Pour cela, il va falloir « insérer » le disque d’installation, c’est à dire l’iso de Ubuntu Server que vous venez de télécharger. Dans le menu Configuration de votre machine virtuelle, rendez-vous dans l’onglet Stockage puis indiquez le chemin vers l’iso :

Reliez l'iso d'Ubuntu Server à votre nouvelle machine virtuelle

Il suffira ensuite de lancer la machine virtuelle, de la laisser démarrer sur le cdrom et de procéder à l’installation somme toute standard de votre OS. J’ai pour habitude de n’installer aucun paquet à ce moment de la création de notre serveur, et de le faire à la main par la suite (ce qu’on va voir tout de suite), mais libre à vous d’essayer :p

Configurer la machine virtuelle

Maintenant que nous avons une machine virtuelle en parfait état de fonctionnement, il va falloir la transformer en un véritable serveur web, en y installant les éléments indispensables au bon fonctionnement de la plupart des sites.

Commencez par installer Apache, en tapant la commande suivante en ligne de commande :

sudo apt-get install apache2

Même chose pour PHP (je vous assure, le HTML c’est bien, mais c’est vite limité) :

sudo apt-get install php5 libapache2-mod-php5

MySQL, histoire de pouvoir stocker des données :

sudo apt-get install mysql-server

Et PhpMyAdmin pour avoir une belle interface web pour gérer nos bases de données :

sudo apt-get install libapache2-mod-auth-mysql php5-mysql phpmyadmin

Redémarrez Apache pour qu’il prenne en compte ses nouveaux amis :

sudo /etc/init.d/apache2 restart

Enfin, je vous conseille deux petites manips. Tout d’abord, placez un lien symbolique vers phpmyadmin dans /var/www, pour pouvoir y accéder plus facilement depuis la racine du serveur web :

sudo ln -s /usr/share/phpmyadmin/ /var/www/phpmyadmin

Puis ajoutez-vous au groupe www-data (le groupe du processus Apache) et rendez-le propriétaire de /var/www (prenez soin de remplacer username par votre login) :

sudo usermod -a -G www-data username
sudo chown -R username:www-data /var/www/

C’est presque prêt, ne reste qu’à redémarrer pour s’assurer que tout se passe bien au démarrage de la machine virtuelle :

sudo reboot

Configurer le réseau

Maintenant que nous avons un serveur web fonctionnel, il va falloir y accéder depuis l’extérieur, ou au moins depuis la machine hôte. Plusieurs possibilités existent, mais je vous conseille d’utiliser celle que je vais vous décrire, qui fonctionnera quel que soit l’OS hôte.

Commencez par arrêter votre machine virtuelle :

sudo shutdown -h now

Rendez-vous ensuite dans le menu Préférences de VirtualBox (général et non d’une machine virtuelle) puis dans l’onglet Réseau. Nous allons modifier le réseau privé hôte par défaut de VirtualBox (à priori vboxnet0) en cliquant sur le tournevis, et en renseignant l’onglet Interface comme ceci :

Configuration de l'adresse IP de la carte réseau hôte

Et l’onglet Serveur DHCP comme ceci :

Configuration de l'interface réseau hôte-invité

C’est bon, vous pouvez cliquer sur OK :)
Ensuite, dans la configuration de votre machine virtuelle, ajoutez une interface réseau en vous rendant dans l’onglet Configuration > Réseau et en activant tout simplement la carte n°2 en mode Réseau privé hôte :

Ajout d'une seconde carte réseau à la machine virtuelle

Veillez à conserver la carte n°1 active en mode NAT.

Démarrez ensuite la machine virtuelle pour éditer sa configuration réseau. Une fois logué, tapez :

sudo nano /etc/network/interfaces

Modifiez le fichier pour qu’il ressemble à ça (il s’agit en fait de configurer votre nouvelle carte réseau, aka eth1) :

# The loopback network interface
auto lo
iface lo inet loopback

# The primary network interface
auto eth0
iface eth0 inet dhcp

auto eth1
iface eth1 inet static
        address 10.0.0.2
        netmask 255.255.255.0

Vous venez de spécifier une IP fixe pour la seconde carte réseau, qui permettra de faire en sorte que la machine invitée soit toujours accessible depuis la même adresse.

Pour finir, redémarrez les interfaces réseau pour que les modifications soient prises en compte :

sudo /etc/init.d/networking restart

Vous devriez pouvoir accéder au serveur web de votre machine virtuelle en tapant http://10.0.0.2 dans la barre d’adresse de votre navigateur :

La page d'accueil par défaut d'Apache, synonyme que tout fonctionne correctement

Une fois ces différentes étapes réalisées, je vous conseille d’enregistrer un premier instantané de votre machine virtuelle (touche « host » + T, la touche « host » étant par défaut la touche Pomme/CMD sur Mac et la touche CTRL droite sur les autres OS) :

Création d'un instantané avec VirtualBox

N’hésitez pas à détailler l’intitulé et la description de chaque Instantané afin de savoir où vous en étiez dans votre travail.
Ainsi, si quelque chose foire pendant la suite, vous pourrez facilement revenir en arrière en sélectionnant la sauvegarde que vous souhaitez via l’onglet Instantanés du menu principal de VirtualBox :

Restauration d'un instantané avec VirtualBox

Les instantanés sont un des principaux atouts des machines virtuelles, je vous recommande donc très fortement de les utiliser !

Installer les additions invité

Un autre des nombreux atouts de VirtualBox, c’est le partage de dossiers entre la machine hôte et la machine invitée, possible au travers des additions invité. Ces fameuses additions sont en fait des greffons ajoutés à votre machine virtuelle et qui permettent l’interfaçage avec la machine hôte. Pour les installer, vous devez d’abord installer quelques paquets essentiels dès qu’on touche au noyau linux :

sudo apt-get install build-essential linux-headers-`uname -r` dkms

Il faut ensuite monter l’image disque contenant les additions invité. Pour cela, rendez-vous dans le menu Périphériques de votre machine virtuelle et cliquez sur Installer les additions invité. L’image iso sera ajoutée à votre machine virtuelle. Il suffit ensuite de la monter avec la commande :

sudo mount /dev/cdrom /media/cdrom/

Une fois l’image iso montée, lancez l’installation des additions invité :

cd /media/cdrom/
sudo sh ./VBoxLinuxAdditions.run

Et voilà, les additions invité sont installées. Peu de différence pour vous puisque la plupart ne sont utiles que lorsque l’on utilise une interface graphique, mais ça sera bien utile pour la suite quand même.
Pour que les additions soient bien prises en compte, éteignez encore une fois la machine virtuelle :

sudo shutdown -h now

Créer un dossier partagé

Un dossier partagé sera, comme son nom l’indique, un espace de stockage partagé entre la machine hôte et la machine virtuelle. Vous aurez donc l’équivalent d’un FTP sauf qu’il sera connecté automatiquement et totalement intégré à votre explorateur de fichiers favori.
Voyons comment le paramétrer.

Sur la machine hôte

Rendez-vous dans le menu de configuration de votre machine virtuelle, dans l’onglet Dossiers partagés. Vous pourrez alors ajouter un répertoire de partage de façon temporaire ou permanente, choisir l’étendue des droits pour la machine virtuelle, ou encore paramétrer le montage automatique ou manuel du dossier. Surtout, vous lui donnerez un nom qu’il va falloir retenir parce que vous en aurez besoin pour la suite.

Configuration d'un dossier partagé VirtualBox

Sur la machine invitée

Redémarrez la machine virtuelle, et montez le dossier partagé avec la commande suivante (en prenant soin de remplacer « NOM_DU_DOSSIER_DE_PARTAGE » par … le nom du dossier de partage :p) :

sudo mount -t vboxsf NOM_DU_DOSSIER_DE_PARTAGE /var/www

Si tout se passe bien, le dossier de partage sera monté à la place de /var/www, le répertoire de base par défaut d’Apache. Autrement dit, votre dossier partagé contiendra tous les sites hébergés sur votre serveur. Libre à vous évidemment de modifier ce comportement, en changeant le point de montage (/var/www) et/ou la configuration d’Apache.

Vous pouvez maintenant configurer votre dossier de partage pour qu’il soit monté automatiquement au démarrage de votre machine virtuelle. Pour cela, il vous faut éditer /etc/fstab :

sudo nano /etc/fstab

Ajoutez la ligne suivante à la fin du fichier :

NOM_DU_DOSSIER_DE_PARTAGE	/var/www	vboxsf	umask=0022,gid=33,uid=33	0	0

Comme précédemment, veillez à remplacer NOM_DU_DOSSIER_DE_PARTAGE par le nom de votre dossier 😉
Le 2e paramètre est le point de montage, le 3e le système de fichiers (à ne pas modifier, c’est le système de fichiers propre aux dossiers partagés de VirtualBox). Pour le reste, si vous ne comprenez pas, mieux vaut ne pas y toucher :)

Pour tester le bon fonctionnement de ce paramétrage, redémarrez votre serveur virtuel. En cas de problème, n’hésitez pas à retourner dans le menu de configuration de votre machine virtuelle et à désactiver le montage automatique du dossier partagé.

Enfin, pour résoudre les problèmes de droits d’écriture et de lecture éventuels, exécutez les deux commandes suivantes (en remplaçant USERNAME par votre login unix) :

sudo usermod -a -G vboxsf USERNAME
sudo usermod -a -G vboxsf www-data

Ceci ajoutera USERNAME (vous) et www-data (l’utilisateur par défaut d’Apache) au groupe vboxsf, qui a normalement tous les droits sur les dossiers partagés VirtualBox.

Installer openssh pour le copier-coller

Dernière petite astuce : le copier-coller. Sur une installation classique d’une machine virtuelle munie d’une interface graphique, lorsqu’on installe les additions invité VirtualBox, il est possible de faire des copier-coller entre la machine hôte et la machine virtuelle, dans les deux sens. Malheureusement, cette fonctionnalité est dépendante de l’interface graphique, dont votre nouveau serveur de développement est dépourvu.

La solution pour palier à ce problème est d’installer openssh :

sudo apt-get install openssh-server

Connectez-vous ensuite à votre machine virtuelle depuis le terminal de votre machine hôte (pour ceux qui utilisent Windows, PuTTy est votre ami) :

ssh USERNAME@10.0.0.2

Pour rappel, 10.0.0.2 est l’adresse locale de votre serveur virtuel.

Vous avez donc maintenant un serveur de développement en local totalement fonctionnel, et vous pouvez éditer les fichiers de vos sites directement depuis votre machine hôte en utilisant les dossiers partagés. En plus, grâce aux instantanés, vous pouvez vous amuser à bidouiller la configuration de votre serveur sans risque de pertes de données puisque vous pourrez revenir en arrière à tout moment !

Astuce de dernière minute pour ceux qui auraient tout lu : pour pouvoir également effectuer des rollbacks sur les fichiers de vos sites, voire synchroniser ces derniers entre plusieurs postes, pensez à utiliser un logiciel de gestion de versions comme Subversion, ou même DropBox.

Il ne vous reste plus qu’à faire preuve d’imagination pour vos futurs sites 😉

Cet article a été publié dans Divers par . Mettez-le en favori avec son permalien.
  • référencement grenoble

    bravo, article particulièrement complet, jusqu’aux répertoires partagés, super utiles lors de devs justement. par contre, je conseil de mettre bien plus de ram que ca que tu préconises, car le problème récurant de tous ces os virtualisés (vb ou vmware ou autre), c’est que ca lag grave. rien à faire, même sur une super machine. l’avantage en retour, c’est que tu peux test tous les navigateurs possibles sur toutes les plateformes possibles !

  • moteur recherche

    Salut,
    Gratuit + gratuit = bon plan, merci pour toutes ces explications, je vais essayer de pas me paumer en route 😉

  • Edouard

    Pratique effectivement un serveur de développement en local pour ne pas faire n’importe quoi, une fois qu’on se retrouve à mettre le site en ligne.
    Quand on passe de wamp au serveur web le choc est un peu rude.
    Le tuto est bien détaillé, je vais essayer de mettre ça en place, en espérant que ma config de base tienne la route.

  • http://polifiction.14h30.fr Mathieu

    Impeccable, l’article est vraiment bien clair, bien imagé. Veux-tu m’épouser ?
    Sans dec… en te voyant dans un clip de campagne pour les présidentielles, je me suis dit… c’est un pistonné, aucun talent… et bah non !
    Merci que dis-je

  • Sat’

    Très bon tuto. Merci!

    Toutefois, si je ne m’abuse, monter le répertoire partagé rend caduc le lien symbolique vers phpmyadmin ajouté à /var/www, à moins que je ne me sois trompé quelque part.
    Du coup, arrêté ce point de montage, et j’ai ajouté vsftpd:
    -> sudo aptitude install vsftpd
    puis j’ai édité le fichier de conf:
    -> sudo nano /etc/vsftpd.conf
    pour empêcher les connexions anonymes et autoriser automatiquement les utilisateurs locaux (donc l’administrateur) à uploader des fichiers.
    anonymous_enable=NO
    local_enable=YES
    write_enable=YES
    Et j’ai ajouté de quoi écouter l’IP du serveur précédemment définie…
    listen_address=10.0.0.2
    J’ai redémarré le ftp:
    -> sudo /etc/init.d/vsftpd restart
    Après, il suffit de lier le dossier /var/www à un répertoire présent dans /home/USERNAME (voire même USERNAME directement)
    -> sudo mount –bind /var/www /home/USERNAME/www

    L’idéal reste de l’ajouter au boot, en éditant /etc/fstab et en ajoutant
    /home/USERNAME/www /var/www none bind,defaults,auto 0 0

    Le top, c’est même de créer un utilisateur sur le serveur, de le lier à /var/www via local_root et de chrooter cet utilisateur sur ce répertoire…

    Ensuite, il ne vous reste qu’à vous connecter avec un ftp, à l’ip 10.0.0.2, avec votre USERNAME et le mot de passe associé.

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    @Sat: merci pour ces infos.
    Pas de soucis de mon côté avec le lien symbolique 😉

  • http://wpconsult.net Paul

    salut et merci pour le tuto très détaillé
    j’ai seulement un problème avec le fichier fstab.
    j’ai ajouté la ligne indiquée avec seulement un espace entre chaque paramètre et le repertoire n’est pas monté automatiquement
    manuellement ça marche mais j’aimerais bien ne pas devoir le faire à chaque démrrage
    est-ce qu’il y a un formattage spécial à respecter ?
    comment puis-je trouver l’erreur ?

    merci d’avance

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    Vérifie le paramètre « montage automatique » dans la configuration du dossier partagé de VirtualBox.
    Vérifie que tu n’as pas ajouté ou supprimé un espace sans faire attention dans fstab.
    Et si ça ne fonctionne pas, tente de remplacer ces espaces par des tabulations.

  • bidou

    très bon tuto qui nous évite des faire un bridge pour l’occasion. je rajoute que j’ai eu une petit galère avec une image de disque téléchargée sur le web. j’ai du réattribuer les adresse mac pour résoudre le problème.

  • MamieNova

    Un grand merci !!!! ça faisait des jours que je tournai en rond pour que mon Ubuntu se connecte sur Internet par ce biais, et les autres tutos ne fonctionnaient pas.

  • Franck

    Super Tuto, merci. Par contre, j’ai une question… là ça fonctionne en local mais mettons que je veuille utiliser ma machine virtuelle comme un vrai serveur que j’héberge moi-même (je sais ça va ramer… ;-)), qu’est-ce que je dois modifier dans la configuration pour obtenir un serveur accessible depuis l’internet?
    Merci d’avance

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    @Franck: les deux principaux points qui me viennent à l’esprit concernent non pas la configuration des machines hôte et invitée, mais la configuration de ton réseau local : il va te falloir autoriser la connexion à ta machine hôte depuis l’extérieur (voir du côté du firewall) et obtenir une IP fixe (ou un système équivalent). Ces deux problèmes réglés, l’accès à la machine virtuelle ne devrait plus poser beaucoup de problèmes.

  • http://www.gaelmedias.fr/ Gael

    Bonjour.
    Ce tuto est super ! Je dispose de 2 cartes réseau avec chacune un port Ethernet. Comment paramétrer le tout de manière à ce que l’hôte utilise une carte réseau et que la machine virtuelle utilise l’autre carte. Ainsi mon firewall définirait 2 adresses IP et les machines serait alors complétement indépendantes !

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    Merci Gael.
    Je me plante peut être mais à ta place je tenterais de créer un pont entre la « carte » virtuelle de VirtualBox et la carte physique que tu souhaites relier.

  • http://www.gaelmedias.fr/ Gael

    Merci, ca fonctionne. :) VirtualBox est plus-tôt simple à comprendre, c’est un bon logiciel ! Par contre la langue française n’apparait pas dans la liste sous Windows, c’est normal ?

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    Non, tu devrais pouvoir l’activer. Essaie éventuellement de réinstaller VirtualBox.

  • Fabrice Theytaz

    Merci beaucoup, beaucoup, beaucoup. Très bien expliqué pile, poil ce que je cherchais, tout fonctionne…

  • Jérôme Deuchnord

    Salut,

    Merci pour ton tuto !

    J’ai cependant, comme Paul, un problème avec mon dossier partagé qui n’est pas monté au démarrage de la machine virtuelle… J’ai pourtant bien vérifié ma ligne ainsi que la configuration, rien n’y fait !

    Voici ma ligne :
    ubuntu-server /var-www vboxsf umask=0022,gid=33,uid=33 0 0
    (les espaces sont en fait des tabulations)

    Où est mon erreur ?

    Merci d’avance

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    Bonjour Jérôme,

    Malheureusement je n’ai pas trouvé de solution parfaite au montage de dossiers. Selon l’OS hôte, désactiver le montage automatique dans les options de VirtualBox et monter le dossier dans fstab peut suffire.

    J’espère que tu trouveras la solution 😉

  • Jordan Liger

    Bonjour,
    Merci pour ce tuto très clair !
    Comme Sat’, mon lien symbolique pour phpmyadmin ne fonctionne plus lorsque mon dossier partagé est monté.
    Quand j’essaie de le remettre, j’ai ce message suivant :
    création d’un lien symbolique  » /var/www/phpmyadmin » : système de fichiers accessible en lecture seulement

    Pourtant, j’ai mis en accès total.
    Avez-vous une idée d’où cela provient ?

    Merci d’avance.

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    Bonjour Jordan,

    Comme déjà évoqué, chez moi ça marche :p
    Je vois deux solutions : soit mettre en place la même chose que Sat, soit ne pas faire de /var/www un répertoire partagé (mais lui préférer un sous-répertoire, comme /var/www/htdocs), ce qui devrait empêcher les conflits.

    Bon courage.

  • Eric

    Merci pour le tuto.
    Simple et précis !

  • http://younes.info Younès El Biache

    Pour des raisons de performance, je vous déconseille fortement de partager votre dossier de travail avec le système Virtual Box.
    Utilisez plutôt un partage Samba et monter le dossier Ubuntu dans Windows (et non l’inverse): https://gist.github.com/4326473

    Ensuite, sous Windows, vous parcourez le réseau WORKGROUP et faites un lien symbolique du dossier Linux vers votre disque NTFS grâce à ce programme : http://schinagl.priv.at/nt/hardlinkshellext/hardlinkshellext.html

    Avantage: Le serveur Web pioche directement dans le système de fichiers Linux à l’instar de votre éditeur sous Windows (mais on ne sent pas les ralentissement)
    (petit) Inconvénient: pour les outils de versionning, il faut passer par Linux, sous Windows ça ne marchera pas.

  • hellboy

    bonjours,
    je suis tout nouveau dans le monde linux, j’ai suivi ton super tuto à la lettre mais je bute sur une ligne de cammande concernant les addtitons invité
    : sudo apt-get install build-essential linux-headers-`uname -r` dkms

    Une fois ecrite ubuntu me dit qu’il ne trouve pas de paquet, il faut petetre remplacé le uname, je sais pas.
    svp

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    Bonjour,

    Etrange que cette commande ne fonctionne pas. Je te conseille de tenter de mettre à jour ton fichier sources : /etc/apt/sources.list

    Bon courage.

  • hellboy

    Bonjour,
    la cammande a fonctionné, merci pour l’astuce c’est simpa.
    Super tuto encore 😉

  • ska

    Merci pour ce tuto bien utile. je rencontre un soucis au moment de créer le répertoire partagé.

    sudo mount -t vboxsf vmserver /var/www
    il me répond ceci :
    /sbin/mount.vboxsf: mounting failed with the error: No such device

    Je précise qu’au moment de l’install des additions, j’ai eu des failed car il ne trouvait pas de X (normal vu que c’est la version server)

    merci d’avance pour votre aide

  • http://www.diije.fr/ Julien Deneuville

    Bonjour,

    Vérifiez que le répertoire existe bien (sur l’hôte notamment) et que la connexion entre les deux machines fonctionne.

    Bon courage.

  • Dylan

    Bonjour,
    ton tuto est exactement ce qu’il me fallait, car je commence à avoir pas mal de projet Web et utiliser le vieux server d’un ami qui en a autant que moi commence à devenir compliqué, seulement voilà je bute sur l’étape de la modification du fichier etc/network/interfaces : lorsque je veux l’enregistrer, il me marque à l’écran « Erreur lors de l’écriture de etc/network/interfaces : Aucun fichier ou dossier … » et je suppose existant, je ne peut pas voir la suite du message.

    que faudrait-il que je fasse ?

    autrement très bon tuto, bien détaillé, merci à toi !

  • Dylan

    Au temps pour moi, j’ai oublié le « / » avant eth

  • Sébastien Pillien

    Vraiment dommage que de partager les répertoires empèche ‘presque’ (puisque ça fonctionne chez toi..) de recréer des liens symboliques.
    Chez moi même problème, impossible à recréer.
    Si qqn a trouvé la solution depuis..
    merci
    S.

  • Sébastien Pillien

    Alors depuis 10 minutes j’ai trouvé 2 solutions .. dont la plus simple est de lancer la VM en administrateur.
    Bon, du co^té Win7, on ne voit pas les liens, mais il reste à tester ça sous Linux en guest.
    En tout cas le ln -s fonctionne et le cp -Prv aussi, contrairement à avant..

  • Jordan Liger

    Bonjour,

    @Sebastien j’ai eu aussi le même problème concernant la création de liens symboliques après le partage de répertoires.
    Pour contourner le soucis, j’ai créé un vhost ou j’ai ajouté un alias.
    Voici le lien pour créer un vhost : http://doc.ubuntu-fr.org/tutoriel/virtualhosts_avec_apache2

    Moi j’ai mis Document Root /var/www et j’ai mis l’alias suivant :
    Alias /phpmyadmin « /usr/share/phpmyadmin/ »

  • Ke20

    Super merci, à chaque fois que je me lance la dedans j’ai soit des soucis de partage, soit de connexion ssh et j’oublie comment je les résouds ^^
    La tout y est inclus et fonctionne nikel :)

  • ismael

    Un grand Merci……

    Je viens de mettre en place mon premier serveur. Grace a vous. Maintenant je peux me lancer dans OpenERP.

    Dieu vous benisse.